LA ZAMENHOFA TAGO ( La journée Zamenhof )

EN SOUVENIR DE ZAMENHOF
Le 15 décembre 1859, naissait dans une Pologne qui n’existait pas encore en tant qu’état mais était partagée entre l’Autriche,
la Prusse et l’empire russe, Louis Lazare ZAMENHOF, celui qui, sous le nom de Doktoro Esperanto,
allait publier, vingt-huit ans plus tard, le premier manuel de « Langue Internationale» .               

*********************************************************************************************************************************************************************************************************

Tous les ans, les espérantistes du monde entier ont à cœur de fêter l’anniversaire de sa naissance et célèbrent le « Zamenhofa Tago »,
soit  La journée de Zamenhof, au cours de laquelle toutes sortes de manifestations sont organisées.
L’Association Espéranto 10 ne manque pas à la règle et, cette année, la commémoration s’est déroulée le dimanche 12 décembre
(date la plus proche du 15 décembre et susceptible de rassembler le plus de monde possible) dans les locaux de l’Association,
à la Chapelle du Parc de Ste Savine, à côté du mail…Zamenhof, justement !

La fête revêtait un caractère particulier cette année, car l’association espérantiste auboise avait invité des espérantistes des départements voisins, la Marne et la Haute-Marne. Une dizaine de personnes, venues qui de Reims, de Châlons ou de Chaumont, a volontiers répondu à l’appel et leur présence, amicale et stimulante, a largement contribué au succès de cette journée consacrée en priorité à des échanges
 - en espéranto, bien sûr !


Des sketchs, des jeux, une exposition de livres ont été préparés à leur intention pour le plus grand plaisir partagé des uns et des autres.
Un buffet également, largement fourni et varié, a prolongé les joies du partage.
Une photo de « famille », réalisée au pied du panneau du Mail Zamenhof,
témoigne de l’amitié qui naît spontanément entre personnes parlant la même langue et animées du même idéal.
La promesse de se retrouver bientôt a atténué la tristesse de se quitter.